Blog d'accompagnement du CRDP Limousin

Un site animé par le CRDP du Limousin

La musique et les téléchargements

| 0 Commentaires

Qu’est ce que c’est ?

Une adolescence indissociable de la musique
Les 15-25 ans écoutent de la musique en moyenne deux heures par jour. Ils accumulent les fichiers MP3 sur leur ordinateur, leur lecteur MP3 ou sur leur téléphone portable, les échangent et les écoutent de plus en plus en streaming…

Les ados préfèrent le streaming au téléchargement
Comment se procurent-ils cette musique ? Comme les adultes, les adolescents achètent de moins en moins de disques. Ils se tournent plus volontiers vers le streaming, qui permet d’écouter des morceaux gratuitement sur Internet sans les télécharger.
Une boulimie de musique contre la solitude des ados
Pour le sociologue Michel Fize, on peut sûrement parler d’une peur de manquer. “Cela révèle une peur du vide, qu’il n’y ait plus rien au bout des écouteurs. La musique sert à briser les solitudes ; le face-à -face avec soi-même peut être générateur d’angoisse. Cette boulimie peut donc être une manière de se prémunir contre une éventuelle pénurie.”

La musique, ça se partage avec les amis !
Sociologue Hervé Glevarec.
“L’affichage de ses goûts musicaux devient un vecteur d’expression de soi, de son identité. L’adolescent va alors jouer le double jeu de la conformité, pour s’intégrer, et de l’originalité, pour se démarquer.”

Les limites et les dérives

Depuis la mise en application de la loi Hadopi du 28 octobre 2009, le téléchargement est devenu « officiellement » illégal.

Répression et sanctions
Le téléchargement illégal d’une oeuvre protégée par les droits d’auteur expose à des risques de sanction pénale. En théorie, ce fait est susceptible de constituer un délit de contrefaçon dont la peine peut atteindre jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 300 000 € d’amende. En matière répressive, une tolérance existe cependant concernant le téléchargement illicite. Le dispositif issu des lois Hadopi prévoit en effet une graduation dans les mesures prises à l’encontre des internautes.
La procédure mise en place est la suivante :
Une fois saisie par les ayant-droits, l’Hadopi adresse un email d’avertissement à l’adresse choisie par l’utilisateur lors de la souscription de son abonnement à Internet. Selon le rapport d’activité 2010 de l’Hadopi, 470 935 recommandations de ce type ont été envoyées entre août 2010 et avril 2011.
En cas de récidive dans les 6 mois à compter de l’envoi de cette première recommandation, un nouveau courrier électronique est envoyé à l’utilisateur. Il s’accompagne alors d’une lettre envoyée en recommandé à son domicile. 20 598 secondes recommandations de ce type ont été envoyées entre août 2010 et avril 2011.
Si l’intéressé se trouve à nouveau en état de récidive dans le délai d’un an, la Commission de protection des droits l’informera des risques de poursuites pénales à son encontre par l’envoi d’une nouvelle lettre remise contre signature. Elle pourra éventuellement décider de saisir le parquet en lui transmettant le dossier. A l’issue de la procédure judiciaire, le juge aura alors la possibilité de prononcer une amende et/ou la suspension de la ligne.

En cas de récidive, le tribunal correctionnel peut interrompre la connexion internet de 1 mois à 1 an. A cette sanction s’ajoute une amende pouvant aller de 1500€ à 3750 €

Sont ainsi principalement visés les nombreux utilisateurs ayant recours à des téléchargements illégaux via des plateformes de partage de fichier (réseaux dits « peer to peer » Ne pas confondre avec le streaming

Que peut-on faire ?

Ecouter ou télécharger de la musique sur Internet n’est pas forcément illégal. Mode d’emploi de quatre sites gratuits ou payants qui permettent aux ados de respecter la loi

Jamendo
Jamendo est un site web qui propose des albums de musique en téléchargement gratuit. Les musiciens, qui autorisent cette gratuité pour les internautes grâce aux licences ouvertes.
Deezer
Aucun fichier à télécharger ! Sur ce site, la musique s’écoute en streaming (diffusion continue), directement en ligne. C’est gratuit, mais si vous voulez écouter plusieurs titres, il faudra vous inscrire en donnant votre adresse mail. Vous pourrez ensuite créer vos playlists (sélections de morceaux).
L’’accès“premium”, à 9,99 euros par mois,permet d’éviter les coupures publicitaires et d’utiliser le site sur son smartphone (iPhone, Blackberry…).

Spotify
Pour écouter de la musique via le logiciel Spotify, il faut d’abord s’inscrire. Puis télécharger gratuitement le logiciel et l’installer sur votre ordinateur. L’accès “open”, gratuit, permet d’écouter de la musique en ligne, en streaming (diffusion continue), et de créer ses playlists. (des pubs ou un abonnement)

iTunes
Le logiciel d’Apple propose de télécharger de la musique légalement, en achetant les morceaux. Une fois le logiciel gratuit installé, il faut s’inscrire et donner ses références de carte bancaire. Vous pouvez alors télécharger toutes les nouveautés musicales proposées par le site, avec un son de bonne qualité. Comptez de 0,69 à 1,29 euro le morceau.

Beezik
Beezik est un peu un ovni parmi les sites de téléchargement. Il se proclame, en effet, “plus que gratuit” : le téléchargement vous rapporte de l’argent, sous forme de réductions à utiliser chez les partenaires du site. En échange, durant le temps de téléchargement, Beezik vous impose la diffusion d’une pub vidéo.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.